Qui est Roberto Remigio Benigni?

Dans mes souvenirs de Facebook, ce matin est apparut un texte de Roberto Benigni que j’ai partagé il y a plus de deux ans. En le lisant je me suis rendue compte de combien il est vrai, encore d’actualité et qu’il s’agit là d’un discours qui mériterait peut-être même d’être adopter comme une certaine philosophie de vie.

Qui est-il donc? 

Rien de moins qu’un acteur, comédien, scénariste, producteur et réalisateur Italien né à Castiglion Fiorentino en Toscane. Il est donc Florentin et a été principalement connu et reconnu pour le riche succès du film: « La vie est belle » – « La vita è bella« , en obtenant l’oscar comme « Meilleur acteur protagoniste » et « Meilleur film en langue étrangère« . Il a reçu également un Nobel pour la littérature en 2007. Il présente régulièrement des « One man show » basés sur la Divine Comédie de Dante Alighieri, dans lesquels Roberto retrace, à travers de longs monologues: son parcours, ses souvenirs, mêlés à des événements d’actualités, faits marquants et politiques. Il tient des discours sur  le sujet dans un grand nombre d’universités et à inauguré sa tournée internationale à Paris au Grand Rex en 2009.

En Décembre 2014, Roberto Benigni a tenu un discours très philosophique lors d’un spectacle intitulé « I dieci comandamenti – Les dix commandements ». Je vous laisse ci-dessous un extrait traduit de son spectacle qui pour moi est une vraie leçon de vie et je vous invite à voir son spectacle en entier.

/allez on débute en tant que traductrice ^^

“Si ricapitola, si riassume in questa parola: amarsi; però c’è una cosa da dire: che il tempo passa, e il problema fondamentale dell’umanità da 2000 anni è rimasto lo stesso: amarsi. Solo che ora e diventato più urgente, molto più urgente, e quando oggi sentiamo ancora ripetere che dobbiamo amarci l’un l’altro, sappiamo che ormai non ci rimane molto tempo. Ci dobbiamo affrettare, affrettiamoci ad amare, noi amiamo sempre troppo poco e troppo tardi, affrettiamoci ad amare, perché al tramonto della vita saremo giudicati sull’amore, perché non esiste amore sprecato e perché non esiste un’emozione più grande di sentire quando siamo innamorati che la nostra vita dipende totalmente da un’altra persona, che non bastiamo a noi stessi, e che tutte le cose, ma anche quelle inanimate come le montagne, i mari, le strade, il cielo, il vento, le stelle, le città, i fiumi, le pietre, i palazzi… tutte queste cose, che di per sé sono vuote, indifferenti, improvvisamente quando le guardiamo si caricano di significato umano e ci affascinano, ci commuovono, e perché? Perché contengono un presentimento d’amore, anche le cose inanimate, perché il fasciame di tutta la creazione è amore e perché l’amore combacia con il significato di tutte le cose: la felicità. Si, la felicità… e a proposito di felicità, cercatela, tutti i giorni, continuamente e anzi, chiunque mi ascolti ora, si metta in cerca della felicità ora, in questo momento stesso perché è li, ce l’avete, ce l’abbiamo perché l’hanno data a tutti noi, ce l’hanno data in dono quando eravamo piccoli, ce l’hanno data in regalo, in dote, ed era un regalo così bello che l’abbiamo nascosto, come fanno i cani con l’osso, quando lo nascondono; e molti di noi l’hanno nascosto così bene che non si ricordano più dove l’hanno messo, ma ce l’avete, ce l’abbiamo. Guardate in tutti i ripostigli, gli scaffali, gli scomparti della vostra anima, buttate tutto all’aria: i cassetti, i comodini che avete dentro.. vedrete che esce fuori, c’è la felicità. Provate a voltarvi di scatto, magari la pigliate di sorpresa ma è li, dobbiamo pensarci sempre alla felicità, e anche se lei qualche volta si dimentica di noi, noi non ci dobbiamo mai dimenticare di lei, fino all’ultimo giorno della nostra vita. »

Estratto dei dieci comandamenti a cura di Roberto Benigni.

« Tout se résume à ce mot: s’aimer. Cependant il y a une chose à dire: que le temps passe, et le problème essentiel de l’humanité, depuis 2000 ans est resté le même: s’aimer. Mais celui-ci a pris de l’ampleur et est devenu urgent, très urgent, et quand aujourd’hui nous nous entendons dire que nous devons nous aimer les uns et les autres, nous savons qu’il ne nous reste pas beaucoup de temps. Nous devons nous dépêcher, dépêchons-nous d’aimer, nous aimons toujours trop peu et trop tard. Dépêchons-nous d’aimer car au couché du soleil de notre vie, nous serons tous jugés sur l’amour que nous avons donné. Dépêchons-nous parce que l’amour gaspillé n’existe pas et qu’il n’y a aucune émotion paragonable à se dire que: lorsque nous sommes amoureux, notre vie dépend totalement d’une autre personne, et que finalement nous ne nous suffisons pas à nous mêmes. Toutes les choses, mais aussi les objets inanimés comme les montagnes, les mers, les rues, le ciel, le vent, les étoiles, les villes, les fleuves, les pierres, les immeubles… toutes ces choses, qui en elles-mêmes sont vides et indifférentes, soudainement quand nous les regardons, elles retrouvent un sens et nous fascinent, elles nous émeuvent, mais pourquoi? Parce qu’elles contiennent un pré-sentiment d’amour, mêmes les objets, parce que l’amour coïncide avec le sens de toutes les choses: le Bonheur. Oui, le bonheur.. et à propos du bonheur, cherchez-le, tous les jours, sans cesse! Et quiconque m’écoute, qu’il se mette à la recherche du bonheur à l’instant même, parce qu’il est là! Vous l’avez! Nous l’avons tous, il nous a été offert, il nous a été donné en cadeau quand nous étions tout petits, et c’était un si beau cadeau que nous l’avons caché, comme le font les chiens avec leurs os, ils les cachent; et beaucoup d’entres nous l’ont si bien caché qu’ils ne se rappellent plus où ils l’ont mis. Regardez tous dans le débarras, sur les étagères, les compartiments de votre âme, envoyez tous en l’air, les tiroirs, les tables de nuit… vous verrez qu’il apparaîtra le Bonheur. Nous devons toujours penser au bonheur, et même si quelques fois il nous oublie, nous ne l’oublions pas, jusqu’au dernier jour de notre vie. »

Extrait de l’homonyme spectacle Les dix commandements de Roberto Benigni.

benigni-braschi

Roberto Benigni et sa femme Nicoletta Braschi.

Je vous encourage également à écouter ou ré-écouter la bande-son du film La vita è bella – Colonna sonora , composée par Nicola Piovani, magnifique hymne à la vie et donc au bonheur. Il existe une version Anglaise appelée « Beautiful that way » interprétée par Noa ainsi qu’une version Italienne chanté par Roberto Benigni en personne renommée « Sorridi amore, vai ».

A très vite,

Pauline

Publicités

Auteur : coupdefoudrearome

En bref: Pauline | 24 ans | Française | Réside à Rome | Des montagnes de rêves dans les yeux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s